Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 09:18

le 22 mars 2010


« Le respect des autres », une fois de plus, nous avons abordé ce thème avec les résidents de l’ESAT de Paray le Monial.

Les résidents peu nombreux ce matin là, (on a regretté l’absence des 17 personnes des Espaces Verts initialement prévus…) ont montré que ce thème ne les laissait pas indifférents.

Les 4 saynètes mettant en scène des situations à priori banales, avec des dialogues de tous les jours, suivies d’un mini débat avec le public a suscité une réflexion intéressante.

Rapidement, des personnes du public se sont levées et sont venues remplacer les personnages en difficulté proposant ainsi des nouvelles solutions pour éviter ou bien alors faire face à l’agression voire l’oppression de l’autre.

 

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

David : conseille de ne pas mettre son portefeuille dans la poche arrière de son pantalon et plutôt préférer la « banane »

 

Dominique : propose de protéger son portefeuille à l’intérieur de son blouson fermé.

 

Christian : demande à Michèle de jouer le rôle d’une passante. Ainsi, au moment ou il se fait agresser par les voleurs, il lui demande son aide ce qui a pour effet immédiat de faire fuir les agresseurs.

 

Michèle : cette fois-ci demande à Alain de jouer un forain ; ainsi à l’approche du voleur, elle se réfugie près du forain qui en interpellant le jeune mal intentionné le fait fuir.

 

Le débat s’ouvre avec le public autour de la nécessité d’être prudent avec son argent, ne pas ouvrir son portefeuille au milieu de la foule.

Prévoir le montant nécessaire avant de partir.

Christian précise qu’il faut prendre le minimum.

 

Dominique : intervient et face au voleur tente de se défendre en donnant un coup de pied à son agresseur.

Plusieurs personnes dans le public interviennent sur le risque de bagarre, Dominique risque de se faire blesser, ils sont 2 contre elle.

Le constat est fait, que parfois il vaut mieux se laisser voler plutôt que de se faire agresser physiquement, et aller porter plainte après.

 

Fernando : joue le rôle de la victime et tente d’appeler les flics avec son portable. Michel, essaie de lui arracher des mains.

La scène est arrêtée, les spectateurs pensent qu’il n’est pas très judicieux de provoquer les voleurs en sortant son téléphone, celui-ci intéressant plus encore les agresseurs.

 

David : propose d’avoir une bombe lacrymogène, d’autres personnes : un couteau voir un révolver.

 

Pour compléter ces idées, Michèle intervient munie d’un couteau.

Au moment de l’agression, Michèle sort celui-ci mais l’autre Michel (le voleur) en un geste rapide retourne l’arme contre Michèle.

Le constat est fait que cette solution est très risquée.

 

Elodie : dit que l’on risque de blesser l’autre et au final cela se retourne contre nous.

Le débat se termine sur l’interdiction de porter ces armes sur nous.

 

A la question que demande systématiquement le voleur en début de scène : « t’es du CAT toi ? »

Dominique : dit  « c’est pas écrit sur notre figure qu’on est du CAT ! »

 

Pour conclure cette 1ère scène, je fais le point sur les solutions qui semblent marcher et les autres solutions qui sont plus risquées.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, une des 2 personne ne respecte pas le contrat.

 

 Michèle : propose à Michel qui regarde son match à la TV, de redéfinir les tâches de chacun, mais Michel ne veut rien entendre.

 

Dominique : lui enlève la TV, Michel s’énerve et ne veut toujours pas faire le ménage.

Elle appelle alors Noël qui joue l’éducateur, celui-ci intervient donc près de Michel qui accepte rapidement de faire le ménage. Il sait qu’il risque de retourner au foyer.

 

Michèle : propose de prendre une femme de ménage, mais ça coûte cher…

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Dominique et David proposent de se servir de l’eau juste pour eux.

 

Michèle : elle dit à Dominique qu’elle préfère aller manger ailleurs.

 

Dominique : tente de sortir Dominique de sa chaise pour qu’elle aille chercher de l’eau mais en vain.

Elle fait alors appel à un moniteur qui la convainc de changer d’attitude.

 

 

4ème scène : « tu pourrais dire pardon ! », à la fin d’un repas, une personne bouscule une autre qui est en train de débarrasser la table

 

Michèle : dit qu’il faut marquer l’incident dans le cahier d’observatoire de la violence qui est repris en groupe où on en reparle.

 

Dominique : propose de s’expliquer avec Michel et René à leur retour dans l’intention de leur demander de s’excuser.

 

Bilan de la matinée à travers quelques impressions des participant(e)s

C’était bien parce que c’était vrai

On a appris des choses

Il faut savoir s’excuser et pardonner quelque fois

Pour certaines personnes, c’était leur 1ère expérience de théâtre et ils ont bien aimé

Ça ressemble bien à ce que l’on vit tous les jours

 

Le résultat est plutôt concluant, chacun a pu donner son avis et parler de son vécu.

Les principes d'écoute et de respect une fois de plus ont primé dans un esprit de convivialité et de solidarité.

Ensemble, une fois de plus, nous avons fait évoluer notre réflexion sur le respect de l’autre.

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 14:06

Paray le Monial le 5 février 2010

 

Une fois de plus, je vais tenter de conduire ce forum en m’assurant que le plus grand nombre de propositions soient entendues et que les principes d'écoute et de respect priment dans un esprit convivial et de coopération.

 

J’explique comment avec les résidents de l’Oasis, on en est arrivé à faire le constat que vivre ensemble, n’était pas toujours facile.

Je mentionne notre envie d’utiliser le théâtre comme outil d’expression pour nous aider à trouver des solutions pour mieux vivre ensemble.

Ainsi sont nées 4 saynètes qui relatent des histoires vraies  que nous allons jouer.

 

Face à plusieurs situations mises en scène, chacun(e) peut intervenir pour donner son avis et proposer une alternative. Il suffit d’interrompre le cours de la scène et de remplacer un des rôles dans l’espace de jeu. Au choix du volontaire.

De nouvelles conséquences apparaissent. Des perceptions différentes s’affirment et se croisent dans le public permettant une analyse collective : le débat est en marche ; de nouvelles propositions sont testées...


1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

Quelques exemples d’interventions :

 

Tarik : propose d’utiliser une prise de karaté.

Je lui propose de venir jouer cette scène au ralenti, la réponse est immédiate, Michel (l’agresseur) lui répond par une « béquille »

 

Guy : pense que son collègue va être perdant à ce jeu. Il pense que c’est risqué d’autant plus que l’agresseur va appeler son accolite ; il risque de se retrouver KO

 

Pascal : propose d’utiliser une bombe lacrymogène.

 

D’autres, soumettent l’idée d’un couteau, d’un pistolet ou bien encore d’une épée.

 

Ensemble, on revient sur l’interdiction de posséder ces armes et la dangerosité de ces situations qui peuvent se retourner contre les victimes.

 

Guy : tente de discuter avec les voleurs et leur propose de leur payer un coup à boire mais les voleurs ne veulent rien entendre.

 

Pascal : utilise son portable pour appeler la police, à peine a-t-il sorti ce lui-ci que le voleur s’en empare.

Karl : encouragé par ses collègues joue la scène proposée par Pascal, à savoir mettre son portefeuille à l’abri dans une poche intérieure.

 

Jean-Marc : demande à Christophe et Jérôme  de l’accompagner pour cette sortie. Michel, accoste Jean-Marc mais réalise la présence de Christophe et Jérôme et abandonne son projet de vol.

 

Pascal : pense qu’il est plus prudent de vérifier l’argent qu’il a dans son portefeuille avant de quitter le foyer. Cela évite de sortir celui-ci au vue de tout le monde et ainsi de se faire repérer.

 

Pascal : demande à plusieurs personnes de l’assemblée de venir jouer la foule. Au moment, où il se fait agresser, il décide de se faufiler dans la foule de la fête foraine.

 

Guy : interprète un passant qui va venir spontanément aider la victime, ce qui a pour effet d’éloigner le voleur.

Toutefois, il n’est pas sûr que dans la réalité, les gens soient prêts à venir au secours des personnes en difficulté.

 

Jean-Luc : demande à Guy de jouer le rôle du forain qui lui viendra en aide. Le forain interpelle Michel le voleur qui se sauve immédiatement.

 

Jean-Marc : à l’approche de Michel, crie « au voleur »

La conséquence est rapide, Michel dit qu’il a peur de se faire repérer et préfère abandonner.

 

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, Michel, un des 2 colocataires, ne respecte pas le contrat.

 

Guy : dit à Michel qu’il ne veut plus vivre avec lui.

Michel comprend qu’il va perdre un ami et se lève pour faire le ménage.

 

Pascal : exédé par la situation, éteint la télévision.

Michel se met en colère et ne fait toujours pas le ménage.

 

Guy : lui rappelle qu’il y a un planning établi et qu’il doit le respecter, mais rien n’y fait.

 

Christian : joue l’éducateur et Gilles, le colocataire pas content.

Christian menace Michel d’une mise à pied. La menace pour Michel de se retrouver au foyer le fait réagir, il se lève et accepte de faire le ménage.

 

Jean-Marc : tente la négociation, il propose à Michel de finir de regarder son match et de faire le ménage après. Mais Michel s’énerve et ne veut rien faire.

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Pascal : sur une proposition de Jérôme, se met en colère et tape du poing sur la table. Dominique ne se laisse pas impressionnée et insiste sur le fait qu’elle n’a pas soif.

 

Christian : décide de ne plus aller remplir le pichet à eau, il prive ainsi Dominique de boire et lui avec.

 

Jacques : sur une idée de Jérôme, va se remplir un verre d’eau uniquement pour lui.

 

Gilles : essaie de discuter, avance différents arguments en vain.

Dominique semble bien collée à sa chaise !

 

Bilan :

Un débat s’installe dans l’assemblée autour de ce qu’on a vécu ensemble ce matin.

Les mains se lèvent et l’échange continue.

Quelqu’un demande pourquoi on qualifie cette forme de théâtre de « forum »

Je précise que l’idée est de créer un espace de discussion autour d’un thème. C’est pourquoi on dit aussi que c’est du théâtre participatif parce que chacun peut y prendre part.

Plusieurs personnes disent que les scènes qui ont été jouées ressemblent bien à leur vie de tous les jours.

Dans l’ensemble, les gens ont trouvé cela intéressant, ils ont appris des choses.

A l’avenir, ils aimeraient bien participer à nouveau à spectacle de théâtre forum sur des thèmes comme :

Les problèmes rencontrés au travail

Le moment des courses à l’extérieur

Les insultes et gros mots en tout genre subis par les autres

des propos qui sont mal interprétés et qui dégénèrent

  

on termine notre matinée ensemble autour du déjeuner en compagnie de claudie qui est venue nous retrouver pour l’occasion.

On retrouve également Véronique Masson qui a coupé ses cheveux très courts, elle porte des boucles d’oreilles, elle ressemble à Diam.

Les retrouvailles avec Christian, Michel, René et Dominique sont animées et joyeuses.

Une éxpérience de plus se termine, nous nous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour un dernier forum sur l’ESAT de Paray le monial.

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 17:21

Crissey le 29 janvier 2010


Nouveau lieu, nouveau public et nouvelle expérience.

Une nouvelle séance de théâtre forum a rassemblé d’une part, des travailleurs des espaces verts et d’autre part des personnes de l’atelier de sous traitance de l’ESAT de Crissey.

 

Après 2 heures de route, nous sommes arrivés ce vendredi matin par – 2 ° dans les locaux de l’ESAT. Heureusement, l’accueil fut chaleureux, la rencontre avec Muriel Fransquin, chef de service, ainsi que le thé et le café nous ont rapidement réchauffés.

Nous nous sommes mis en route, installation du matériel, repérage de l’espace jeu et répétition des scènes avant l’arrivée de nos invités.

 

10h, tout est prêt, « ILS » arrivent, chacun regagne sa place afin que je puisse effectuer le rituel de présentation.

 

Le public s’installe, toutefois un petit groupe préfère rester en fond de salle.  

 

Vient ensuite le temps de présentation, Isabelle, moi et les 4 comédiens déclinons nos identités et les rôles que nous allons « jouer » ce matin.

 

Puis j’explique plus précisément ce qu’est le théâtre forum, je précise que nous n’allons pas jouer une pièce de théâtre.

Nous allons tenter d’utiliser le théâtre pour échanger des points de vue sur des scènes de vie quotidienne qui nous posent problème.

Nous allons essayer ensemble de réfléchir sur des situations que nous devons souvent affronter seuls.

 

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

Quelques exemples d’interventions :

 

Stéphane : propose rapidement de sortir en bande pour éviter de se retrouver seul au milieu de la foule.

 

Nathalie : pense qu’il faut protéger son portefeuille, elle vient jouer la situation et effectivement, l’agresseur se retrouve embarrassé pour accéder à son argent.

 

Benjamin : veut appeler la police mais se fait prendre son portable avant qu’il n’ait pu composer un numéro.

Les voleurs précisent qu’ils sont encore plus intéressés par le portable que le portefeuille…

 

Pascal : propose de se munir d’une bombe lacrymogène ou d’une arme blanche.

La scène est arrêtée, le public rappelle la dangerosité de la situation. Les risques pour Pascal de blesser son agresseur, et peut être lui-même si celui-ci retourne le couteau contre lui.

   

 

Gaël : dit que si cela lui arrive, il se défendra avec ses poings et ses pieds, il est prêt à se bagarrer.

Je rappelle qu’il y a 2 agresseurs et qu’il risque de ne pas avoir raison d’eux.

Le débat se poursuit sur la nécessité parfois de se laisser voler plutôt que risquer d’être blessé.

Une personne dans l’assemblée précise qu’il ne faut pas oublier d’aller porter plainte.

 

Pascal : propose de faire appel à un passant. La scène est jouée, Pascal (2) prend le rôle du passant.

Quand le 1er agresseur s’approche de Pascal, celui-ci fait appel au passant ce qui a pour conséquence immédiate de mettre en fuite le garçon mal intentionné.

 

Ludovic : propose d’autres solutions radicales : bagarre, armes… mais reconnaît qu’elles sont trop dangereuses.

 

Stéphane : intervient et crie à l’aide très fort, l’agresseur est aussitôt déstabilisé et se sauve.

 

Le débat alors se poursuit sur la nécessité qu’a le voleur de demander à la victime « si il est bien du CAT ? »

 

Ludovic : pense qu’au CAT, les personnes sont plus faibles

 

D’autres personnes pensent qu’ils mettent plus de temps à réagir, qu’ils savent moins bien se défendre…

 

Ensemble, on constate que les solutions explorées auparavant permettent peut-être de nous aider à anticiper et mieux faire face à ce genre de situation difficile.

 

Pour conclure cette scène, je rappelle les solutions qui semblent marcher :

Protéger son portefeuille

Faire appel à quelqu’un

Sortir accompagné

Crier à l’aide

 

Les solutions à éviter :

Les rapports de force avec les agresseurs

L’utilisation d’armes en tout genre

Utiliser son portable

 

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, Michel, un des 2 colocataires, ne respecte pas le contrat.

 

Jean-Marc : opte pour la solution de la négociation, il tente donc de parler à Michel pour lui faire comprendre que la situation ne peut plus durer.

Devant l’attitude fermée de Michel, celui-ci décide de faire appel à un éducateur.

L’éducateur arrive et met Michel en face de la réalité, à savoir qu’il risque de retourner en foyer s’il ne veut pas respecter le planning des tâches à faire.

Michel se lève et accepte de faire le ménage.

 

Ludovic : propose de jeter la TV par la fenêtre. Il vient donc mimer la situation qui a pour conséquence immédiate la colère de Michel.

 

Le constat est fait collectivement que cette solution va renforcer le conflit entre les 2 colocataires.

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Nathalie : demande à Dominique d’aller chercher de l’eau, devant le refus de celle-ci, elle décide de se priver d’eau pendant le repas.

 

Stéphane : excédé par le refus de Dominique, lui envoie son verre d’eau à la figure.

Quelqu’un fait remarquer que Stéphane risque d’être vu par l’éducateur de service et la situation risque de se retourner contre lui.

 

Pascal : va remplir le pichet, se sert un verre puis cache le pichet sous sa chaise. Ainsi, Dominique ne peut plus se servir…

 

Après 1heure et demie d’interactions, les personnes du fond montrent des signes de fatigue et je préfère arrêter la séance.

Isabelle se joint à moi pour recueillir les avis des uns et des autres sur ce qu’ils ont vécu pendant ce temps de forum.

Les impressions sont plutôt positives, les temps de débats ont été animés, les scènes ressemblaient bien à leur vie de tous les jours.

Ludovic a proposé des choses intéressantes et ses voisins ont apprécié.

Certains souhaiteraient participer à nouveau à un spectacle de théâtre forum sur d’autres thèmes comme  la place dans les transports collectifs, l’hygiène, l’alimentation et aussi comment faire face à la présence d’un caïd dans un groupe?

 

Bien sûr, il est toujours difficile d’évaluer la portée du théâtre forum en terme de changements mais force est de constater que la richesse du débat qui s’est ouvert, nous a amené une fois de plus à aborder les problèmes de fond et à nous ouvrir à des perspectives des fois inattendues.

 

Suite et fin de la matinée au restaurant d’application, où nous savourons avec grand plaisir et autant de gourmandise un repas gastronomique.

Une fois de plus, nous reprenons la route sous la neige, le paysage est blanc et silencieux, nous rentrons en pensant déjà à notre prochaine intervention…

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 17:29

Le 15 janvier 2010 notre petite troupe de théâtre forum, forte de ses expériences positives et ô combien conviviales sur les ESAT de Paray, Blanzy et Tournus, s’est cette fois ci posée pour quelques heures à l’ESAT de Joncy.

Avant de démarrer, je n’omets pas de remercier  bien évidement le conseil général de Saône et Loire de nous permettre de continuer notre tournée de représentations de théâtre forum à travers le département.

Je souhaite la bienvenue aux résidants de Joncy qui nous  accueillent chaleureusement dans cette nouvelle salle des fêtes.

J’apporte les précisions habituelles à la manière dont va se dérouler cette  séance qui a pour thème : le respect des autres.

J’indique que cette séance de théâtre est un peu particulière, que contrairement à d’habitude, les spectateurs ont la possibilité de devenir acteur.

Plus précisément, les scènes seront jouées une 1ère fois puis un débat s’instaurera, puis à nouveau les scènes seront rejouées et c’est à ce moment, que le public pourra décider d’arrêter le jeu et venir remplacer un ou une actrice.

Le spectateur pourra alors rejoindre l’espace jeu et dès qu’il aura les deux pieds dans l’espace, il pourra jouer son idée en improvisant avec les autres personnages.

Je laisse alors courir le frisson….. Je sens un petit émoi qui traverse la salle…

Pour les angoissés de nature, je les rassure tout de suite, on n’a jamais forcé quiconque à prendre la parole dans un débat, il en ira donc de même ici : on ne forcera personne à intervenir, mais, car il y a un mais, on va vous y inciter fortement.

Et la séance démarre…

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

Quelques exemples d’interventions :

 

Corinne : demande à Gaëtan d’incarner le rôle du gendarme qui est présent sur la fête foraine.

Elle est alors agressée par les 2 voleurs, appelle le gendarme à sa rescousse.

Il n’en faut pas plus pour faire fuir les 2 garçons malintentionnés.

 

Pascal : décide, lui d’appeler des passants, joués par Florence et Denis, à son secours. Les agresseurs prennent tout de suite la fuite.

 

Anaïs : précise que des fois, tout peut aller très vite et que les autres ne sont pas toujours prêts à vous aider.

 

Pierre Olivier : vient sur l’espace jeu et cache son portefeuille à l’intérieur de son blouson pour le rendre inaccessible aux voleurs.

 

Un débat alors s’installe sur l’importance de sécuriser son portefeuille.

 

Pascal : décide de se défendre en bousculant  les voleurs

 

Corinne : aimerait avoir une bombe lacrymogène

 

Le débat alors s’oriente sur les risques de dérapage, de bagarres, de violence qui se retourne contre soi.

 

Une discussion démarre sur la phrase que dit l’un des 2 voleurs au début de la scène : « Tu viens du CAT toi ?! »

Pourquoi celui-ci a toujours besoin de s’en assurer ?

 

Denis : toutefois, pense qu’il est pour cet agresseur, une proie facile, qu’il ne va pas savoir se défendre et qu’il est plus faible que les « autres ».

 

Peu de réactions, comparé à d’autres établissements, cette fois ci à cette interrogation.

 

Quelqu’un dans l’assemblée dit que dans certaines circonstances, il est peut-être moins risqué de se laisser voler.

Bien sûr, je rappelle l’importance d’aller à la gendarmerie porter plainte.

 

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, Michel, un des 2 colocataires, ne respecte pas le contrat.

 

Françoise : tente l’autorité pour déloger Michel de devant sa télé, rien n’y fait.

 

Viviane : va plus loin dans l’énervement, saisit la télé et la jette par terre.

Grand moment de stupéfaction dans l’assemblée et chez les comédiens

(Une télé toute neuve !!!...)

Le constat est fait, que la situation va renforcer vivement le conflit entre les 2 colocataires.

 

Pascal : dans le même état d’esprit confisque de force la télécommande à Michel

Même constat que précédemment.

 

Anaïs : intervient et décide de se comporter comme Michel, elle s’installe sur le canapé à son tour.

Le public signifie alors que rapidement si le ménage n’est pas fait, cela va devenir très sale et les bestioles vont s’y installer.

La venue d’un éducateur est alors imaginée et c’est Didier qui va alors tenter de négocier au mieux la situation en proposant aux 2 colocataires de trouver un accord.

Il rappelle également à chacun le contrat qu’ils ont passé à leur arrivée dans l’appartement.

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Denis : tente la politesse, hélas pour lui, Dominique n’y est absolument pas sensible.

 

Florence : s’énerve mais ça ne marche pas, elle fait alors appel à l’éducatrice.

Celle-ci conseille à Florence d’aller remplir son verre pour elle toute seule.

Dominique sera alors bien obligée d’aller remplir le sien à son tour.

 

Hervé (le moniteur) : décide de quitter la table de Dominique et d’aller manger en compagnie de quelqu’un de plus agréable.

 

Françoise : use d’une autorité excessive qui n’infléchit toujours pas Dominique.

Elle lui prend alors son assiette en disant à Dominique que puisque c’est comme ça, elle ne mangera pas…

Mais alors qu’elle lui cache l’assiette sous sa chaise, Dominique saisit celle de Françoise et se dépêche de manger son contenu.

La situation est très clownesque et l’assemblée s’en donne à cœur joie devant le désappointement de Françoise.

 

Bilan :

 

Tout d’abord, le public complimente les 4 comédiens sur leurs capacités à improviser, et à réagir face à toutes ces situations et ces personnes inconnues jusqu’alors.

Je compatis totalement !!!

 

Antony a joué le rôle de l’éducateur et ça lui a plu.

 

Les spectateurs disent que la séance leur a plu, qu’ils ont trouvé cela facile d’intervenir et que cela ressemblait bien à leur vie de tous les jours.

 

Ils disent qu’ils seraient bien intéressés de reparticiper à une séance de théâtre forum sur le thème du travail, des règles de la vie collectives et du tabac.

 

Je note bien tout ceci pour la suite de nos aventures…

 

Une expérience de plus s’achève, toutefois, la séance a pris une tournure un peu inattendue avec un caractère très ludique, ce qui a eu pour conséquence de vivre un moment convivial et détendu.

Cependant, je regrette un peu de ne pas avoir réussi à faire émerger peut-être un peu plus la dimension plus dramatique et donc plus pédagogique que doit revêtir le théâtre forum.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 11:30

Le 11 décembre 2009, la dernière séance de théâtre forum de l’année 2009, s'est déroulée en présence d'une trentaine de personnes à l’ESAT du clos Mouron à Tournus.

J’expose les règles et rapidement, nous entrons dans le vif du sujet.

Je rappelle que le but de ce forum, n’est pas de trouver  la solution, mais d’expérimenter collectivement des possibilités

 

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

Quelques exemples d’interventions :

 

Sylvie Pierre, dégaine un pistolet pour se défendre face à l’agresseur.

La scène est arrêtée.

On débat sur la dangerosité de la situation, elle risque de tuer son agresseur et de se retrouver en prison.

 

Bertrand, se présente en homme de loi. Certaines personnes dans le public disent que Bertrand n’est pas la police.

 

Johanna, se défend, provoque une bagarre et ainsi attire l’attention des gens sur la fête foraine.

La situation est risquée mais au final peut être salvatrice car les agresseurs s’enfuient.

 

Xavier, sort son portable pour appeler les gendarmes mais se fait arracher celui-ci des mains par les voleurs.

 

Isabelle, appelle « au secours ! »

Ce qui a pour conséquence de faire fuir les agresseurs.

 

Marie-Laure, veut se battre avec lui.

La scène est arrêtée, l’assemblée dit que la situation risque de dégénérer.

Les 2 individus mal intentionnés risquent d’être plus forts qu’elle.

 

Bertrand propose de cacher le portefeuille dans son anorak.

Ce qui a pour effet de le rendre inaccessible aux voleurs.

 

Philippe, sort un couteau de sa poche.

La scène est arrêtée, le public rappelle la dangerosité de la situation. Les risques pour Philippe de blesser son agresseur, et peut être lui-même si celui-ci retourne le couteau contre Philippe.

 

Isabelle, demande à Johanna de jouer le rôle d’un forain près de qui elle demandera protection.

Celle-ci jouera très bien son rôle interpellant les voleurs et les faisant fuir.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, Michel, un des 2 colocataires, ne respecte pas le contrat.

 

Marie-Laure, débranche la télé, et arrache la télécommande à Michel.

 

Bertrand, lui tire l’oreille.

 

Plusieurs autres résidents tentent par la force de faire bouger Michel de son canapé mais en vain.

Le constat est fait avec l’assemblée, que ces attitudes agressives ne font qu’engendrer plus de violence. Le conflit à chaque fois se durcit entre les 2 colocataires et Michel ne fait toujours pas le ménage.

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Xavier, dit à Christian de bouger. Devant son refus, il va remplir le pichet et le cache sous la table de son côté.

Christian est bien embêté.

 

Isabelle, tente la politesse et le tact pour faire bouger Christian mais en vain.

Elle lui dit que la prochaine fois elle ira manger à une autre table.

Ce qui a pour effet de faire réfléchir Christian.

 

Sylvie, propose de pousser Christian de sa chaise.

L’assemblée dit qu’elle peut blesser Christian en le faisant tomber de la chaise.

Malgré tout, Christian devant la menace et le ton autoritaire de Sylvie, se lève de la chaise pour ne pas se faire repérer par l’éducateur de service.

 

4ème scène : « tu pourrais dire pardon ! », à la fin du repas, une personne débarrasse et nettoie les tables. Celle-ci est bousculée par Michel et raillée par René.

 

Marie-Laure, dans le rôle de l’agressée, ne se laisse pas faire et attrape physiquement Michel avant qu’il ne parte et l’oblige à ramasser tout ce qu’il a fait tomber.

 

C’est vraiment la seule solution apportée par la victime elle-même qui semble marcher dans cette situation difficile.

L’autre possibilité est proposée par d’autres résidents au cours du débat qui s’ensuit sur la nécessité d’appeler l’éducateur pour obtenir des excuses de la part des 2 résidents non respectueux.

 

La séance est déjà terminée, comme à l’accoutumée, les comédiens du forum et moi-même applaudissons notre chaleureuse assistance d’avoir participé aussi activement aux scènes que nous leur avons proposées.

Nous les remercions vivement de nous avoir aidés à faire évoluer notre réflexion en matière de respect de l’autre.

Pour terminer, nous partageons un excellent repas convivial et retrouvons Patrick et Sylvie anciens résidents de l’Oasis.

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 10:13

Le 10décembre 2009, la troupe de théâtre forum,  s’est déplacée à l’ESAT de Blanzy le Vernoy.

 

Nous sommes accueillis par Isabelle Scaramozinno accompagnée de 27 résidents sur leur temps de soutien le matin.

L’après-midi, Céline, responsable du temps libéré vient participer à l’expérience avec un groupe de 32 personnes.

 

Comme à l’accoutumée, maintenant, au début de la séance, j’explique le déroulement de ce spectacle de théâtre forum, je présente chaque comédien, et puis c’est parti !

Chaque scène est jouée une 1ère fois ; à l’issue de celle-ci, je demande à l’assemblée :

 

 

On reprend alors la situation.

Rapidement, les gens se sentent concernés et interviennent directement en venant remplacer les personnes en difficulté ou bien en donnant leur avis verbalement.

Plusieurs solutions et propositions sont jouées et testées.

Les échanges sont nombreux et variés, le débat est en marche.

 

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

Quelques exemples d’interventions :

 

Alain, reprend le rôle de l’agressé et décide de protéger son portefeuille en le mettant à l’intérieur de son anorak. Les agresseurs sont surpris car ils n’ont plus accès au portefeuille.

 

Daniel, sécurise son portefeuille mais il est violent verbalement avec ses agresseurs.

La scène est arrêtée, le public est invité à débattre sur les risques  d’un tel comportement ; plusieurs personnes pensent que l’attitude agressive de Daniel risque de générer plus de violence encore de la part des agresseurs.

L’assemblée pense qu’il faut faire attention à cela.

 

Olivier, agressé par les 2 individus décide d’appeler « à l’aide », ce qui a pour conséquence de faire fuir les agresseurs ayant peur de se faire repérer par la foule de la fête foraine.

 

Ensuite, le débat s’anime autour de la possibilité de sortir une arme blanche.

Le public est mitigé, certains évoquent un poing américain plutôt qu’un couteau.

Olivier et Frédérique, successivement jouent  la scène.

 

Mickaël se déplace vers un forain qui le défend, les agresseurs fuient.

 

Jean-Pierre, sort son téléphone portable pour appeler la police mais hélas les voleurs lui arrachent rapidement des mains.

 

A la question : « t’es de l’Oasis toi ? » posée par l’un des agresseurs dans la scène a suscité des interrogations.

Pourquoi a-t-il besoin de s’assurer que la personne qu’il veut voler est bien de l’Oasis ?

Le problème de la faiblesse liée au handicap est abordé. Il est facile de voler une personne en situation de handicap même si ce n’est pas une règle absolue.

 

Je rappelle que le théâtre forum permet d’utiliser cet espace jeu pour s’entraîner à trouver des solutions et ainsi mieux s’armer pour faire éventuellement face à de telles situations.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, Michel, un des 2 colocataires, ne respecte pas le contrat.

 

Rolande et Mickaël interviennent successivement, ils débranchent la télé, enlèvent celle-ci.

Les scènes sont arrêtées, le débat se met en place entre les comédiens et le public.

Le constat est fait, que la situation va renforcer le conflit entre les 2 colocataires.

 

Frédérique tente la négociation, « tu regardes ton match et après tu fais le ménage »

Hélas, l’autre personne ne veut rien entendre.

 

D’autres résidents s vont intervenir mettant en avant, le rappel du contrat établi lors de l’arrivée dans l’appartement, la menace de rompre la colocation ou faire appel à l’éducateur.

Ces solutions semblent plutôt bien marcher.

 

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Mickaël, Daniel, Jean-Gaëtan et Frédérique cherchent le dialogue et les compromis mais hélas en vain.

 

Frédérique amène Christian au dialogue en le menaçant d’appeler l’éducateur.

Celui-ci arrive, Christian cède et va remplir le pichet à eau

 

Les propositions faites autour du rapport de force : tenter de sortir la personne de sa chaise, utiliser l’autorité de façon excessive…Ces solutions mènent la personne en difficulté dans l’impasse, le conflit se durcit…

 

Bilan :

Les différentes scènes ont permis à l’assemblée un vrai travail de recherche de solutions.

Même si certaines solutions explorées mènent à l’impasse, le débat qu’elles suscitent permet de mieux comprendre les raisons de l’échec et d’envisager d’autres solutions et s’approcher de celles qui marcheront mieux.

 

 

Après-midi : groupe Accueil sur temps libéré.

 

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

Quelques exemples d’interventions :

 

René, cherche à se défendre face à l’agression, mais finit par lâcher prise et les voleurs ont raison de lui.

 

Johnny, agresse les voleurs en refusant de leur donner un euro.

La scène est arrêtée, le public est invité à débattre sur les risques  d’un tel comportement ; plusieurs personnes pensent que l’attitude agressive de Daniel risque de générer plus de violence encore de la part des agresseurs.

L’assemblée pense qu’il faut faire attention à cela.

 

Mickaël, menace d’appeler les flics. Hélas, il n’impressionne pas ses agresseurs.

 

Eugenio, prend le risque de sortir son portable. Il se le fait voler.

 

Les acteurs se laissent intimidés par les voleurs qui profitent de la situation.

 

Dominique demande à Johnny de jouer le rôle d’un forain.

Ce qui a pour conséquence de faire fuir les voleurs.

 

La solution qui s’impose au groupe est de demander de l’aide ou d’attirer l’attention des personnes extérieures vers eux.

 

La proposition d’utiliser une bombe lacrymogène est soumise par une personne à l’assemblée.

Une partie du public est favorable tandis que l’autre partie pense que c’est très dangereux d’utiliser ce genre d’arme, que cela peut même se retourner contre soi.

 

Bilan : répondre à la violence par la violence ne paraît pas être la solution la plus sécurisante pour la personne.

Le groupe a bien compris que les agresseurs s’en prennent aux plus faibles.

Le débat se poursuit et soulève beaucoup d’interrogations.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, Michel, un des 2 colocataires, ne respecte pas le contrat.

 

René, agresse Michel qui regarde son match, le conflit monte entre eux deux.

L’assemblée a bien compris que cette solution ne mène nulle part.

 

Johnny, est très autoritaire mais tente la négociation. Il propose à Michel qu’il finisse de regarder son match.

Hélas, quand il revient à la fin du match, devant Michel qui ne veut toujours pas bouger, il s’énerve.

Même constat que précédemment.

 

Bahia, lui dit qu’il manque de respect et qu’il va finir tout seul, ce qui a pour conséquence de faire réfléchir Michel.

L’assemblée pense que la solution n’est peut-être pas loin.

 

Johnny, pose clairement ses conditions, il rappelle le contrat à Michel, tente une négociation. Il est calme et ferme.

Michel finit par se lever et fait le ménage.

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Jean-Marc, Johnny, tentent de négocier  avec Christian qui semble collé à sa chaise.

Benoît, s’énerve, crie et se lève pour faire bouger Christian qui se retrouve vraiment surpris et impressionné par la soudaineté de l’intervention et le physique imposant de Benoît.

La scène est arrêtée, le public pense que Benoît risque de faire retourner la situation contre lui. Le bruit généré dans la salle de restauration va mettre en alerte les autres résidents et l’éducateur de service.

Christian n’est pas fier, il va devoir s’expliquer sur son comportement.

 

Le débat de fin de séance s’oriente autour du respect de l’autre, du rappel des règles de vie en collectivité.

Un résident souhaiterait que l’on puisse traiter un forum sur le regard des personnes extérieures sur le handicap.

 

Bilan de la journée :

 L’objectif visant à rendre acteur le public grâce aux techniques théâtrales a été tenu.

Plusieurs résidents viennent nous voir à la fin de la séance pour nous remercier et discuter avec nous.

Certains seraient très intéressés pour participer à une expérience de ce type en tant qu’acteur.

Pour notre part, nous avons passé une très bonne journée, rencontré des personnes  communicatives et touchantes dans leur démarche de vouloir mieux vivre ensemble.

Nous les en remercions vivement.

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 13:27

1ère expérience de théâtre Forum hors les murs…

Le jeudi 3 décembre 2009, nous avons été reçus par l’ESAT de Paray le Monial pour animer une séance de théâtre forum.

Les 4 comédiens Nicolas, René, Michel, Dominique, de l’ESAT de l’Oasis, Isabelle (mon œil extérieur) et moi-même étions enthousiastes à l’idée de vivre ce moment d’échange même si le traque était bien sûr naturellement au rendez-vous…

Nous avons donc joué devant 27 résidents de l’ESAT de Paray.

Les scènes jouées ont suscité une participation dynamique et créative dans le public.

Concernés par les différents récits mis en jeu, les spectateurs se sont rapidement transformés en « spect’acteurs »

 

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

Les solutions apportées :

Sécuriser son portefeuille et son portable

Dans certaines situations, sortir accompagné

Appeler « au secours !»

Chercher de l’aide auprès d’un passant voir d’un forain

 

Les difficultés rencontrées :

Entrer dans un rapport de force avec les 2 agresseurs

Sortir son portable pour appeler la police

 

A la question : « t’es de l’Oasis toi ? » posée par l’un des agresseurs dans la scène a suscité des interrogations.

Pourquoi a-t-il besoin de s’assurer que la personne qu’il veut voler est bien de l’Oasis ?

Plusieurs personnes ont répondu que celui-ci pensait qu’ils étaient plus faibles, plus faciles à voler.

 

Je rappelle que le théâtre forum permet d’utiliser cet espace jeu pour s’entraîner à trouver des solutions et ainsi mieux s’armer pour faire éventuellement face à de telles situations.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, une des 2 personne ne respecte pas le contrat

Les solutions apportées :

« tu fais tes valises et tu t’en vas »

Tentative de négociation, « tu fais le  ménage après le match… »

Recours à un éducateur.

Menace de retour au foyer si ne veut pas assumer et partager les tâches.

 

Les difficultés rencontrées :

Les propositions faites autour du rapport de force : débrancher la télé, arracher la télécommande à l’autre, enlever la télé, sortir la personne de son fauteuil…

Ces solutions mènent la personne en difficulté dans l’impasse, le conflit se durcit…

                              

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

Les solutions apportées :

Le recours à l’éducateur est souvent le moyen utilisé.

La menace de ne plus être l’ami de celui qui abuse de la situation dans certain cas a marché.

 

Les difficultés rencontrées :

Les propositions faites autour du rapport de force : tenter de sortir la personne de sa chaise, utiliser l’autorité de façon excessive…

Ces solutions mènent la personne en difficulté dans l’impasse, le conflit se durcit…

 

4ème scène : « tu pourrais dire pardon ! », à la fin d’un repas, une personne bouscule une autre qui est en train de débarrasser la table

Les solutions apportées :

Le recours au chef de service qui exige que la personne vienne s’excuser.

Anticiper la bousculade en étant très concentré sur son travail.  

Face à la rapidité de l’incident, il est difficile de faire face seul à l’évènement.

Cette scène a suscité plutôt un débat sur la moquerie, le regard des autres.

 

Pour conclure, il semblerait que les solutions qui marchent le mieux sont basées sur la discussion, la négociation, l’écoute.

En revanche, les situations qui induisent un rapport de force quel qu’il soit favorisent souvent une escalade vers la violence.

 

A la fin de la séance, l'échange se poursuit et les commentaires fusent.
"
c'était bien, on a appris des choses, comment mieux se protéger..."
"C'est bien de se dire qu'on peut faire plus confiance aux gens"
"ça ressemble à notre vie !"

"Côté comédiens, le sentiment commun est positif, ce fut une bonne expérience même si on a eu le traque de faire face à des gens qui  nous proposaient des situations nouvelles qui nous demandaient de nous adapter en permanence"

 

Le bonus de la journée : les comédiens de l’Oasis ont pu rencontrer et sympathiser avec les personnes de l’ESAT de Paray.

Une journée vraiment riche en échange et partage.

Nous avons aussi retrouvé avec plaisir Véronique qui a intégré l’ESAT de Paray  en octobre 2009, après avoir travaillé 15 ans à l’Oasis.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 11:39

Réunion CREAI à Dijon le 19 juin 2009

(Centre Régional d’Etudes et d’Actions sur les Handicap et les Inadaptations)

 

 

Le théâtre forum : un outil d’expression qui permet de transformer la réalité de chacun, de s’ouvrir, partager, dialoguer,  etc…

 

Dans le cadre de la commission art, culture et handicap, une douzaine de personnes (éducateurs, art thérapeutes, animateurs) ont répondu présents à l’invitation d’Anne Dussart (coordinatrice au CREAi) à la réunion trimestrielle.

Cette fois ci, c’était moi qui animais ce temps sur le thème du théâtre de l’opprimé.

J’étais venue accompagnée de Nicolas Boudet, Michel Caillat, René Michel

(résidents de l’Oasis) et d’Isabelle Rifino (éducatrice à l’Oasis qui me suit depuis le début de l’aventure du théâtre forum)

 

Dans un 1er temps, j’ai rappelé qui était Augusto Boal et l’historique relatant les 2 évènements fondateurs du théâtre de l’opprimé.

Ensuite  les 3 résidents de l’Oasis ont joué une scène de théâtre Forum intitulée : « t’as pas un euro ? »

Cette scène courte relate l’histoire d’un résident de l’Oasis qui, un jour s’est fait agresser et voler son portefeuille par 2 jeunes lors d’une fête foraine.

 

J’ai ensuite joué mon rôle de « joker » en sollicitant les personnes présentes à intervenir pour remplacer la victime de cette scène.

 

Quelques personnes sont venues remplacer la personne en difficulté, ou bien alors ont proposé de façon orale des solutions possibles pour faire face à l’agression.

 

Cette mise en situation très concrète a permis au débat de s’instaurer et ainsi comprendre très concrètement comment fonctionnait le théâtre forum.

 

La discussion se fait autour du constat que le théâtre forum est un outil à la fois individuel et collectif pour mieux se connaître et mieux appréhender l’autre.

 

Concernant les personnes actrices ou participantes, le théâtre forum permet à chacun  un espace d’expression et un moment de partage d’expériences.

 

Les résidents intègrent mieux par l’expérience les conseils que pourraient leur donner les éducateurs.

Ils se rendent compte par eux-mêmes  de toutes les actions possibles et les effets générés.

 

Côté encadrement, il semble que le théâtre forum soit un outil éducatif et pédagogique intéressant à utiliser pour les éducateurs.

 

Il permet de poser un autre regard sur les personnes et ainsi d’appréhender avec elles le quotidien d’une façon plus constructive.

 

Isabelle s’est exprimée sur la difficulté lors de la présentation de spectacles  de forum au CAT, à savoir l’intérêt que représentait ou non  la présence d’éducateurs.

 

Quelle serait la place la plus juste pour l’éducateur ?

L’éducateur peut aider les personnes à se servir des expériences partagées en théâtre forum, à les transposer dans leur vie quotidienne.

On sait à quel point le travail de re-expérimentation et de mise en confiance est porteuse de résultats et tout particulièrement pour les personnes les plus déficientes qui ont peu accès à la parole et ainsi trouver les moyens d’exprimer leur volonté.

 

Comment éviter de devenir  voyeuriste dans cet espace de liberté de parole pour les résidents ?

 

Nous avons échangé sur ce que les personnes exprimaient lors des représentations de théâtre forum.

Sur les capacités de chacun à exprimer la colère, mais aussi utiliser la force ou la parole voire l’humour.

 

J’ai parlé en tant que joker, de la peur que j’avais au départ sur les conséquences que pouvait permettre un tel moment d’expression libre, notamment,  l’expression de la colère.

 

Isabelle a rappelé l’entretien que nous avions eu avec une psychologue sur cette liberté d’expression sur « que fait-on de cette colère exprimée »

Mme Saulnier thoreu, appuyait sur le fait que cette colère exprimée (porteuse d’un message à l’autre) représentait une matière sur la quelle il était possible de travailler ultérieurement avec  les personnes.

 

Une fois de plus, le manque de moyens dans certaines structures est mis en évidence. 

 

Une dernière réflexion est menée autour de la question de la necessité ou non d'insérer le théâtre forum dans le fonctionnement de l’établissement ?


 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 07:52

Une nouvelle représentation de théâtre forum  a eu lieu au foyer de l’Oasis.

Les personnes  du temps libéré ont présenté et joué leurs saynètes.

Le débat-forum fut très constructif et riche en échanges et déplacements individuels.

Le groupe se déclare globalement content de la séance et prêt à continuer la prochaine fois.

Le forum a été parfois tendu, drôle et  parfois émouvant mais toujours constructif. Nous avons noté que les participants arrivaient, dans l'ensemble, à  entendre les points de vue des autres.


Quelques commentaires en  Vrac…

 

- cela permet de mieux communiquer avec les autres

- le théâtre forum nous aide à trouver des solutions

- c'est un moment où l'on peut échanger sur les problèmes que l'on rencontre

  ici, tous les jours

 

  Les thèmes que les personnes aimeraient aborder dans un prochain forum

 

- comment se déplacer en ville en sécurité

- les violences physiques et verbales

- les gestes à connaître pour les 1ers secours

 

Pour ma part, en tant que Joker, j’aime l’idée de faire forum tous ensemble.

Cela me permet d’avoir toujours cette notion de jeu à l’esprit.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 14:49
Compte rendu
du débat à l'issue du spectacle de théâtre forum du 11 mars 2009

Quelques commentaires :
Tous ont bien aimé participer à cette expérience
Lise a bien aimé Sylvain...
Fabien n'a pas aimé...

"Le théâtre forum permet de trouver des solutions entre nous et de mieux s'entendre"

Le groupe de Nicolas, Michel et Rémi sont frustrés de ne pas avoir pu jouer leur scène
Beaucoup aimeraient participer à nouveau à un spectacle de théâtre forum
Les thèmes sur lesquels ils aimeraient pouvoir réfléchir et intervenir :
 
  - les violences physiques et verbales
  - les problèmes de communication au téléphone
  - le tabac
  - l'alcool
  - les attitudes à avoir avec les gens qui font la manche dans la rue
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du Temps Libéré
  • : théâtre, peinture, art plastique, musique, sport, soutien etc comme activités de développement personnel pour un public adulte en situation de handicap mental.
  • Contact

Pages