Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 12:36

 

                                                         Mardi 11 janvier 2011, nous sommes allés au théâtre de

photo-bonheur-de-la-tomate- 1

Roanne voir  " le bonheur de la tomate"

 

 

Comment parler d'insertion, de racines, d'humanité, d'amour, de non-communication au travers d'un plan de tomates ? Après avoir vu "Le Bonheur de la tomate" de Bernard Da Costa, mis en scène par Marie Pagès dans son propre lieu (« Le Ring » est un des théâtres avignonnais à l'année), j'ai la clé pour faire les liens.
Clémentine, vivant retirée de la ville et même de sa vie, croise le chemin de Kim, qui trouve refuge dans sa plantation de tomates, histoire de souffler un peu, après avoir fait le mur du centre de rééducation dans lequel il a été placé. De parole en parole, nos deux protagonistes vont se découvrir et apprendre à s'écouter.
De Kim, archétype de la jeune délinquance immigrée, qui évoque toute sa haine de l'ordre établi (« tu n'es rien, tu n'arriveras jamais à rien ») à Clémentine, ancien professeur radiée de l'Education Nationale pour avoir « tabassé » un de ses élèves qualifié de « difficile », se profilent deux parcours identiques. L'amour, fondation de notre être, brille par son absence chez ces deux-là. Et justement, pour pallier ce manque, Clémentine en donne de l'amour à ses tomates. Tout en métaphores et paraboles, Clémentine va mener Kim sur le chemin de la raison, de la réconciliation avec la vie, avec sa vie et surtout avec lui-même. 

 

Quelques commentaires...

 

Michel : très réaliste et très d'actualité, heureusement il y a un peu d'espoir à la fin !

 

Anne : il fallait s'accrocher, certaines scènes étaient très dures, surtout à la fin.

 

René : c'était vraiment différent des autres spectacles qu'on a vus jusqu'à maintenant.

          Seulement 2 comédiens en scène avec beaucoup de texte.

 

Olivier : j'ai beaucoup aimé la scène de colère mais j'étais déçu d'apprendre que c'était du faux sang qu'il avait sur son tshirt...

 

Christian : j'ai bien aimé le côté dramatique. La révolte du jeune Karim m'a beaucoup touché ainsi que les efforts que faisait Clémentine pour l'aider à sortir de là. 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 17:06

Le 13 décembre 2010, pour la 4ème fois, nous sommes intervenus auprès des résidents de l’ESAT.

C’est Claudie, cette fois-ci qui était là pour nous accueillir et c’est donc avec plaisir et enthousiasme, que nous avons investi les lieux.

Une fois le décor, les accessoires posés et les rôles distribués, nous étions prêts à partager 2 heures de jeu théâtral associé au débat qu’entrainerait ce temps de forum sur « le respect de l’autre ».

Cependant, un petit bémol concernant la présence escomptée des personnes des espaces verts étant, hélas déjà parties à l’extérieur.

Heureusement, quelques personnes de la PUV ont accepté de nous accompagner dans notre nouvelle aventure.

 

 

 1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille.

Jean-Paul : se propose rapidement de remplacer la victime.

Hélas, il se fait lui aussi dépouiller.  Il nous explique l’importance d’aller porter plainte à la gendarmerie.

 

Maria : se défend en donnant des coups à l’agresseur.

La scène est arrêtée. Dominique (l’agresseur) précise qu’elle va appeler son complice et qu’ils seront 2 contre 1.

Le public est unanime, l’attitude de Maria est très risquée : coups, blessures et peut-être hôpital peuvent s’en suivre.

 

Jean-Paul : pense que si on va à la fête foraine avec un copain, ce serait plus sécurisant.

Michèle et Chantal, se proposent de jouer la scène.

Chantal qui se fait accoster par l’agresseur, appelle Michèle à son aide.

Devant cette nouvelle situation, Dominique renonce à son projet de vol initialement prévu.

 

Caroline : propose de mettre son portefeuille dans une banane et Jean-Paul dans une poche intérieur de sa veste.

La scène est jouée, les voleurs sont déstabilisés, René n’arrive pas à accéder au portefeuille, il a peur de se faire repérer par les passants et abandonne son idée.

 

Nicolas : tente une nouvelle proposition de jeu. Il demande à Jean-Paul d’incarner un passant. Au moment, ou le voleur l’approche et tente de le racketter, il se réfugie vers Jean-Paul, rapidement, celui-ci comprend la situation et protège Nicolas.

Devant la situation, les agresseurs fuient.

 

Comme à l’accoutumée,  la réplique « t’es du CAT toi ? » déclenche une discussion au sein des spectateurs.

 

Séverine : pense que le voleur imagine que les personnes travaillant au CAT, sont plus faibles, sans défenses, ont plus de mal à s’exprimer, sont moins réactives.

Le débat est lancé, les avis partagés, Maria pourtant se sent physiquement forte pour faire face à des voleurs.

En conclusion, je mets en avant la réalité de ce moment d’échange et reprend toutes leurs propositions qui prouvent largement qu’ils sont tout à fait en capacité d’imaginer des stratégies pour faire face à des situations difficiles comme celle-ci.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, une des 2 personne ne respecte pas le contrat.

 

Jean-Paul : intervient avec douceur auprès de Dominique qui ne veut pas faire le ménage. Hélas, cela n’y fait rien, Dominique continue à regarder la TV.

 

Il propose ensuite de cacher la télécommande quand Dominique ne sera plus devant la TV.

Dominique dit que cela risque de la mettre très en colère et que le conflit risque de se durcir.

 

Enfin, Jean-Paul lui explique qu’il est très déçu par son attitude et qu’il a décidé de la quitter.

Dominique comprend soudain que l’enjeu est sérieux, elle lui dit qu’elle ne veut pas le quitter et elle décide de changer de comportement.

 

Séverine : excédée, intervient en versant un pichet d’eau sur la tête de Dominique.

Devant l’agression, Dominique se met vraiment en colère, va se changer et se réinstalle devant la TV.

 

Séverine revient à la charge près de Dominique et l’informe qu’elle souhaite changer de colocataire, elle demande l’aide de l’éducatrice.

 

Michèle : se propose de jouer l’éducatrice. Elle rend visite à Dominique et la menace de la renvoyer au foyer si elle ne veut pas respecter son engagement auprès de Séverine.

Dominique tente de tenir tête à l’éducatrice.

Le débat dans la salle est bien installé, Maria et plusieurs autres personnes affirment que ce n’est pas possible de vivre avec quelqu’un qui se comporte ainsi.

Dominique finit par comprendre que cela ne peut plus durer et décide de faire des efforts.

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Maria : intervient rapidement de façon très agressive, elle veut faire sortir de table Dominique. La tension monte, il y a de la bagarre dans l’air.

Je demande à l’assistance ce qu’ils pensent qu’il va se passer ?

La réponse est unanime : généralement, c’est la personne de service qui risque d’intervenir.

 

Michèle : prend le rôle de l’éducatrice et prend partie pour Maria qui selon elle, est gentille et qu’elle aime beaucoup…

Levée de bouclier dans l’assistance, tout le monde est d’accord pour dire que les éducateurs ne sont pas là pour entretenir des relations copains/copines avec les résidents.

L’intervention de l’éducatrice est discréditée.

 

Jean-Paul : joue le rôle de l’éducateur et demande à Dominique d’aller manger à une autre table avec quelqu’un d’autre.

La question est de savoir si elle ne risque pas de reproduire la même chose…

 

Séverine : propose quant à elle de ne remplir que son verre.

La proposition paraît marcher, Dominique se retrouve comme « deux ronds de frites »

Le constat est fait une fois de plus que vivre au quotidien avec les autres reste difficile.

Faut-il sauver sa peau en agissant de manière égoïste, chacun pour soi ?

Non, certainement pas mais certains jours on en a marre !!!

 

Nous sommes prêts à jouer la 4ème scène, mais la réalité nous rattrape, il est déjà midi !

Nous nous quittons en partageant rapidement nos impressions de part et d’autres.

Les comédiens de l’Oasis viennent saluer et remercier le public de leurs nombreuses propositions de jeu.

Quelques spectateurs nous disent qu’ils sont prêts à revivre une autre expérience de ce genre.

Caroline dit que les scènes ressemblaient bien à sa vie de tous les jours.

Séverine est heureuse d’avoir découvert cette forme de théâtre.

 

Pour ma part, je suis toujours étonnée de voir à quel point les gens se sentent concernées par les situations.

Chaque expérience nous amène vers des solutions toujours différentes et nouvelles.

Décidément la relation humaine est un puits sans fin…

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 13:40

IMGP2155.JPG  

 

 

 

 

 

Vendredi 3 décembre, René a pris la mesure de la situation climatique sur le temps libéré :

15 cms de neige !

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 11:44

Un peu plus tard, Mimi la fourmi, décida de me présenter au reste de la fourmilière.

"4 Pattes Chevelu", c'était mon nom.

Mes milliers de frères et soeurs m'accueillir à pattes ouvertes !

           

                                         Christian, Anne, René, Michel et Olivier

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 16:01

Nous vous proposons une expérience participative : écrire une histoire à plusieurs mains …
avec le groupe de Anne, Olivier, Michel, René et Christian, nous avons commencé par écrire quelques lignes,

à vous, visiteurs du blog du temps libéré, de prendre le relais en imaginant une suite pour une histoire sans fin
(en fait, la fin aura peut-être bien lieu … lorsque plus personne ne relancera l’histoire … )

 

Quelques règles à respecter :
pas plus de 7 lignes par participation …
vous pouvez participer plusieurs fois, mais jamais 2 participations de suite …
pour que l’histoire soit collective, vous devez tenir compte des participations qui vous précèdent …

Alors … voici donc le début de notre “histoire sans fin” :


A l’intérieur déjà du ventre de notre mère, j’étais compressé comme une voiture qu’on emmène à la casse.

Lui, mon frère jumeau prenait toute la place, ne me laissant que quelques millimètres pour respirer.

Ainsi, personne ne s’est aperçu de ma naissance, je fus condamné  à me débrouiller tout seul.

                                                   Anne, Olivier, Michel, René et Christian


Les 1ères heures, je pleurais souvent pour appeler mes parents, pour qu’ils se rendent compte que j’existais.

Je ressemblais alors à un petit pois... sans carottes (dixit Mustapha)

C’est alors qu’une araignée arriva et me réchauffa entre ses pattes.

                                       Mustapha, Dominique, Sylvain, Hervé, pierre

 

·        C'était trop bien d'avoir une araignée comme nounou ...

avec ses 8 pattes, elle s'occupait de tout :elle me donnait le biberon, elle me caressait les cheveux, elle me changeait ma couche, elle me berçait, elle me tapotait le dos pour faire un rototo ...

et tout ça en même temps !...

                                                                              Piotr  le 2 mai  2010

 

 

Mais l'araignée, passa le relai à son amie la fourmi, qui elle n'avait que 6 pattes, plus courtes. La fourmi étant très travailleuse, m'a permis de me débrouiller pour faire ma toilette, pour manger. Elle jouait beaucoup avec moi car se cachait facilement, ce qui m'a permis de réfléchir et trouver des solutions pour la retrouver.

                                                                  Mireille Parturelle le 1er mai 2010                                        

 

Plus tard, je voudrais bien qu'une colonie de foumies, me fasse un carosse avec une belle feuille de chataigner, elle s'y accrocheraient comme un bel attelage de chevaux et pourraient ainsi me faire visiter les pays ensoleillés des bords de mer du monde entier.

                                                                     Dom le 30 septembre 2010 

 

Un peu plus tard, Mimi la fourmie décida de me présenter au reste de la fourmillière.

"4 pattes chevelues", c'était mon nom.

Mes milliers de frères et soeurs m'accueillirent à pattes ouvertes...

                      Anne, Olivier, Michel, René et Christian le 15 septembre 2010

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 08:05

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE LUTTE ADAPTEE 2010photo lutte  

Cette année, le championnat de France de Lutte adaptée s’est déroulé à Mâcon le 14 et 15 mai 2010. Deux journées très sportives et sympathiques avec la présence du président de la fédération française de lutte et des membres de cette fédération également des arbitres nationaux et internationaux sport adapté et fédéral notamment avec la présence de Marcel GUENOT , le papa des champions olympiques de Lutte de Pékin (Steeve et Christophe GUENOT).

Les 5 lutteurs de l’association OASIS –APEI de Chauffailles se sont octroyé les plus hautes marches du podium en division 2 et 3 avec de magnifiques récompenses : médailles et tee-shirts.

 Division 2 :

-          Champion de France : Mickaël VALENTI

-          Vice- Champion de France : Sylvain DESPLANTES

-          Troisième : Marc-Antoine LORTON

-          Quatrième : Hervé DRUERE

Division 3 :

-          Septième : Mustapha ARBAOUI

les lutteurs remportent le titre de vice-champion de France par équipe. L’entraineur de l’équipe (Marie-Cécile LAMURE) a eu les félicitations du Président de la fédération française de Lutte pour les beaux résultats de ses lutteurs.

                                                                                                                      Marie-Cécile LAMURE

CHAMPIONNAT DE FRANCE SPORT ADAPTE DE PETANQUE 2010

 

photo pétanque

 Les 28-29 et 30 Mai 2010 s’est déroulé le championnat de France de pétanque à MEAUX (Seine et Marne) dans un magnifique boulodrome (intérieur et extérieur).

Une belle organisation durant ces trois jours autour du boulodrome : repas gala, feu d’artifice, groupe musicale locale et autres, la présence de la confrérie des compagnons du brie de Meaux et divers animations (démonstrations de disc-golf…)

La triplette de l’association OASIS-APEI de Chauffailles représentés par Jean-Pierre LAGOUTTE, Didier PIREZ et Christian PASSOT ont remportés la quatrième place. Belle performance et bonne entente dans l’équipe, l’esprit sportif était bien présent.

Bien que ses joueurs n’ont pas trop l’habitude de jouer ensemble car il y a eu un petit changement dans l’équipe Jean-Pierre LAGOUTTE a remplacé un autre joueur (Nicolas MARIN) pour des problèmes de santé.

Les joueurs sont fiers de leurs résultats car pour eux c’était la première fois qu’ils participaient aux demi-finales de championnat de France de pétanque.

En 2011, le championnat de France Sport Adapté de Pétanque aura lieu à Chantilly (l’OISE)  et en 2012 à Angers (Maine et Loire).

                                                                                                                            Marie-Cécile LAMURE

Partager cet article
Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 16:05

Photo-enfants-ATL.jpg

Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 12:26

Le 18/05/2009


Par Michel Lacarelle

Ça peut servir pour plus tard, si des problèmes comme ça nous arrivent, on saura mieux comment faire.


Par Rémi Masson

Ça sert à travailler sur les problèmes qu'on a au foyer

 

Le 26/03/2009


Par Christian Mussard

Le théâtre forum permet de réhabiliter le temps libéré
les pleins temps ont pu voir qu'on faisait des choses intéressantes
ça apporte beaucoup de joie de voir que les autres s'intéressent  à ce qu’on fait
c'est motivant de voir les autres bouger


Par Michel Caillat

 

Plaisir de jouer au début pour moi et ensuite pour les autres                                                                                                    y'a eu beaucoup d’échanges avec des solutions différentes.
Ça amène la discussion.
Je suis en apprentissage


Par Anne Perrin

Envie de recommencer.
je me sens à ma place

 

Par René Michel

Expérience complètement différente du travail de "chez Gudule"

 

Bravo!!
Bravo pour les thèmes choisis et les commentaires qui y sont rattachés. Quelle expérience enrichissante.

Monique Dutournier

 

Groupe de l'ATL de Tournus

à propos de notre rencontre...
Merci d'être venu nous proposer cette forme de théâtre.
1: parce qu'on ne connaisait pas
2: parce que ça nous a plu
3: parce que ça nous a permi d'échanger
Toutes les personnes ici, ont t'émoigné de leur intérêt à cet échange.
Encore bravo à tout le groupe de comédiens!
On espère tous vous revoir dans le cadre d'une autre rencontre "théâtre forum" ou dans votre spectacle "Gudule"!
Marie-Laure, Evelyne, Pierrete, Séverine, Cyril, Olivier-Jacq

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 09:10

« Le théâtre forum peut nous aider à bâtir notre avenir, plutôt que de simplement attendre qu’il arrive. » (Augusto Boal, 1992 xxxi)

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 09:18

le 22 mars 2010


« Le respect des autres », une fois de plus, nous avons abordé ce thème avec les résidents de l’ESAT de Paray le Monial.

Les résidents peu nombreux ce matin là, (on a regretté l’absence des 17 personnes des Espaces Verts initialement prévus…) ont montré que ce thème ne les laissait pas indifférents.

Les 4 saynètes mettant en scène des situations à priori banales, avec des dialogues de tous les jours, suivies d’un mini débat avec le public a suscité une réflexion intéressante.

Rapidement, des personnes du public se sont levées et sont venues remplacer les personnages en difficulté proposant ainsi des nouvelles solutions pour éviter ou bien alors faire face à l’agression voire l’oppression de l’autre.

 

1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille

 

David : conseille de ne pas mettre son portefeuille dans la poche arrière de son pantalon et plutôt préférer la « banane »

 

Dominique : propose de protéger son portefeuille à l’intérieur de son blouson fermé.

 

Christian : demande à Michèle de jouer le rôle d’une passante. Ainsi, au moment ou il se fait agresser par les voleurs, il lui demande son aide ce qui a pour effet immédiat de faire fuir les agresseurs.

 

Michèle : cette fois-ci demande à Alain de jouer un forain ; ainsi à l’approche du voleur, elle se réfugie près du forain qui en interpellant le jeune mal intentionné le fait fuir.

 

Le débat s’ouvre avec le public autour de la nécessité d’être prudent avec son argent, ne pas ouvrir son portefeuille au milieu de la foule.

Prévoir le montant nécessaire avant de partir.

Christian précise qu’il faut prendre le minimum.

 

Dominique : intervient et face au voleur tente de se défendre en donnant un coup de pied à son agresseur.

Plusieurs personnes dans le public interviennent sur le risque de bagarre, Dominique risque de se faire blesser, ils sont 2 contre elle.

Le constat est fait, que parfois il vaut mieux se laisser voler plutôt que de se faire agresser physiquement, et aller porter plainte après.

 

Fernando : joue le rôle de la victime et tente d’appeler les flics avec son portable. Michel, essaie de lui arracher des mains.

La scène est arrêtée, les spectateurs pensent qu’il n’est pas très judicieux de provoquer les voleurs en sortant son téléphone, celui-ci intéressant plus encore les agresseurs.

 

David : propose d’avoir une bombe lacrymogène, d’autres personnes : un couteau voir un révolver.

 

Pour compléter ces idées, Michèle intervient munie d’un couteau.

Au moment de l’agression, Michèle sort celui-ci mais l’autre Michel (le voleur) en un geste rapide retourne l’arme contre Michèle.

Le constat est fait que cette solution est très risquée.

 

Elodie : dit que l’on risque de blesser l’autre et au final cela se retourne contre nous.

Le débat se termine sur l’interdiction de porter ces armes sur nous.

 

A la question que demande systématiquement le voleur en début de scène : « t’es du CAT toi ? »

Dominique : dit  « c’est pas écrit sur notre figure qu’on est du CAT ! »

 

Pour conclure cette 1ère scène, je fais le point sur les solutions qui semblent marcher et les autres solutions qui sont plus risquées.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, une des 2 personne ne respecte pas le contrat.

 

 Michèle : propose à Michel qui regarde son match à la TV, de redéfinir les tâches de chacun, mais Michel ne veut rien entendre.

 

Dominique : lui enlève la TV, Michel s’énerve et ne veut toujours pas faire le ménage.

Elle appelle alors Noël qui joue l’éducateur, celui-ci intervient donc près de Michel qui accepte rapidement de faire le ménage. Il sait qu’il risque de retourner au foyer.

 

Michèle : propose de prendre une femme de ménage, mais ça coûte cher…

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Dominique et David proposent de se servir de l’eau juste pour eux.

 

Michèle : elle dit à Dominique qu’elle préfère aller manger ailleurs.

 

Dominique : tente de sortir Dominique de sa chaise pour qu’elle aille chercher de l’eau mais en vain.

Elle fait alors appel à un moniteur qui la convainc de changer d’attitude.

 

 

4ème scène : « tu pourrais dire pardon ! », à la fin d’un repas, une personne bouscule une autre qui est en train de débarrasser la table

 

Michèle : dit qu’il faut marquer l’incident dans le cahier d’observatoire de la violence qui est repris en groupe où on en reparle.

 

Dominique : propose de s’expliquer avec Michel et René à leur retour dans l’intention de leur demander de s’excuser.

 

Bilan de la matinée à travers quelques impressions des participant(e)s

C’était bien parce que c’était vrai

On a appris des choses

Il faut savoir s’excuser et pardonner quelque fois

Pour certaines personnes, c’était leur 1ère expérience de théâtre et ils ont bien aimé

Ça ressemble bien à ce que l’on vit tous les jours

 

Le résultat est plutôt concluant, chacun a pu donner son avis et parler de son vécu.

Les principes d'écoute et de respect une fois de plus ont primé dans un esprit de convivialité et de solidarité.

Ensemble, une fois de plus, nous avons fait évoluer notre réflexion sur le respect de l’autre.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du Temps Libéré
  • : théâtre, peinture, art plastique, musique, sport, soutien etc comme activités de développement personnel pour un public adulte en situation de handicap mental.
  • Contact

Pages