Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 17:06

Le 13 décembre 2010, pour la 4ème fois, nous sommes intervenus auprès des résidents de l’ESAT.

C’est Claudie, cette fois-ci qui était là pour nous accueillir et c’est donc avec plaisir et enthousiasme, que nous avons investi les lieux.

Une fois le décor, les accessoires posés et les rôles distribués, nous étions prêts à partager 2 heures de jeu théâtral associé au débat qu’entrainerait ce temps de forum sur « le respect de l’autre ».

Cependant, un petit bémol concernant la présence escomptée des personnes des espaces verts étant, hélas déjà parties à l’extérieur.

Heureusement, quelques personnes de la PUV ont accepté de nous accompagner dans notre nouvelle aventure.

 

 

 1ère scène « T’as pas 1 € ? » sur une fête foraine, un résidant est agressé et se fait voler son portefeuille.

Jean-Paul : se propose rapidement de remplacer la victime.

Hélas, il se fait lui aussi dépouiller.  Il nous explique l’importance d’aller porter plainte à la gendarmerie.

 

Maria : se défend en donnant des coups à l’agresseur.

La scène est arrêtée. Dominique (l’agresseur) précise qu’elle va appeler son complice et qu’ils seront 2 contre 1.

Le public est unanime, l’attitude de Maria est très risquée : coups, blessures et peut-être hôpital peuvent s’en suivre.

 

Jean-Paul : pense que si on va à la fête foraine avec un copain, ce serait plus sécurisant.

Michèle et Chantal, se proposent de jouer la scène.

Chantal qui se fait accoster par l’agresseur, appelle Michèle à son aide.

Devant cette nouvelle situation, Dominique renonce à son projet de vol initialement prévu.

 

Caroline : propose de mettre son portefeuille dans une banane et Jean-Paul dans une poche intérieur de sa veste.

La scène est jouée, les voleurs sont déstabilisés, René n’arrive pas à accéder au portefeuille, il a peur de se faire repérer par les passants et abandonne son idée.

 

Nicolas : tente une nouvelle proposition de jeu. Il demande à Jean-Paul d’incarner un passant. Au moment, ou le voleur l’approche et tente de le racketter, il se réfugie vers Jean-Paul, rapidement, celui-ci comprend la situation et protège Nicolas.

Devant la situation, les agresseurs fuient.

 

Comme à l’accoutumée,  la réplique « t’es du CAT toi ? » déclenche une discussion au sein des spectateurs.

 

Séverine : pense que le voleur imagine que les personnes travaillant au CAT, sont plus faibles, sans défenses, ont plus de mal à s’exprimer, sont moins réactives.

Le débat est lancé, les avis partagés, Maria pourtant se sent physiquement forte pour faire face à des voleurs.

En conclusion, je mets en avant la réalité de ce moment d’échange et reprend toutes leurs propositions qui prouvent largement qu’ils sont tout à fait en capacité d’imaginer des stratégies pour faire face à des situations difficiles comme celle-ci.

 

2ème scène : « t’as vu comme c’est sale ! », deux personnes partagent un appartement, une des 2 personne ne respecte pas le contrat.

 

Jean-Paul : intervient avec douceur auprès de Dominique qui ne veut pas faire le ménage. Hélas, cela n’y fait rien, Dominique continue à regarder la TV.

 

Il propose ensuite de cacher la télécommande quand Dominique ne sera plus devant la TV.

Dominique dit que cela risque de la mettre très en colère et que le conflit risque de se durcir.

 

Enfin, Jean-Paul lui explique qu’il est très déçu par son attitude et qu’il a décidé de la quitter.

Dominique comprend soudain que l’enjeu est sérieux, elle lui dit qu’elle ne veut pas le quitter et elle décide de changer de comportement.

 

Séverine : excédée, intervient en versant un pichet d’eau sur la tête de Dominique.

Devant l’agression, Dominique se met vraiment en colère, va se changer et se réinstalle devant la TV.

 

Séverine revient à la charge près de Dominique et l’informe qu’elle souhaite changer de colocataire, elle demande l’aide de l’éducatrice.

 

Michèle : se propose de jouer l’éducatrice. Elle rend visite à Dominique et la menace de la renvoyer au foyer si elle ne veut pas respecter son engagement auprès de Séverine.

Dominique tente de tenir tête à l’éducatrice.

Le débat dans la salle est bien installé, Maria et plusieurs autres personnes affirment que ce n’est pas possible de vivre avec quelqu’un qui se comporte ainsi.

Dominique finit par comprendre que cela ne peut plus durer et décide de faire des efforts.

 

3ème scène : « a qui le tour ? », deux personnes partagent un repas, c’est toujours le même qui se lève pour remplir le pichet à eau…

 

Maria : intervient rapidement de façon très agressive, elle veut faire sortir de table Dominique. La tension monte, il y a de la bagarre dans l’air.

Je demande à l’assistance ce qu’ils pensent qu’il va se passer ?

La réponse est unanime : généralement, c’est la personne de service qui risque d’intervenir.

 

Michèle : prend le rôle de l’éducatrice et prend partie pour Maria qui selon elle, est gentille et qu’elle aime beaucoup…

Levée de bouclier dans l’assistance, tout le monde est d’accord pour dire que les éducateurs ne sont pas là pour entretenir des relations copains/copines avec les résidents.

L’intervention de l’éducatrice est discréditée.

 

Jean-Paul : joue le rôle de l’éducateur et demande à Dominique d’aller manger à une autre table avec quelqu’un d’autre.

La question est de savoir si elle ne risque pas de reproduire la même chose…

 

Séverine : propose quant à elle de ne remplir que son verre.

La proposition paraît marcher, Dominique se retrouve comme « deux ronds de frites »

Le constat est fait une fois de plus que vivre au quotidien avec les autres reste difficile.

Faut-il sauver sa peau en agissant de manière égoïste, chacun pour soi ?

Non, certainement pas mais certains jours on en a marre !!!

 

Nous sommes prêts à jouer la 4ème scène, mais la réalité nous rattrape, il est déjà midi !

Nous nous quittons en partageant rapidement nos impressions de part et d’autres.

Les comédiens de l’Oasis viennent saluer et remercier le public de leurs nombreuses propositions de jeu.

Quelques spectateurs nous disent qu’ils sont prêts à revivre une autre expérience de ce genre.

Caroline dit que les scènes ressemblaient bien à sa vie de tous les jours.

Séverine est heureuse d’avoir découvert cette forme de théâtre.

 

Pour ma part, je suis toujours étonnée de voir à quel point les gens se sentent concernées par les situations.

Chaque expérience nous amène vers des solutions toujours différentes et nouvelles.

Décidément la relation humaine est un puits sans fin…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Temps Libéré
  • : théâtre, peinture, art plastique, musique, sport, soutien etc comme activités de développement personnel pour un public adulte en situation de handicap mental.
  • Contact

Pages